Comment reconnaître un tableau street art ?
5 (100%) 1 vote

Le street art, également nommé art de rue ou encore art public, est un mouvement artistique, une vague d’exploration du territoire urbain par l’art dont le cadre est le monde. Loin d’une certaine élite intellectuelle et des professionnels du milieu, l’identité et les qualités d’une œuvre ne sont plus laissées à la discrétion des experts : seul le public, le badaud, l’enfant ou le promeneur est juge de ce qu’il voit et reçoit. Brut et gratuit, il est émancipation du cadre de l’art qui va à la rencontre d’autrui plutôt que d’attendre que l’on vienne l’admirer.

La rue en scène et les scènes de rue

Instinctif par nature, le street art saisi la rue dans sa simplicité et dans toute sa modestie. La rue telle qu’elle est suffi à inspirer des idées minimalistes ou grandioses, à l’échelle d’une fourmi comme à l’échelle d’une ville toute entière. Chaque coin de rue est une opportunité supplémentaire de développer l’art urbain, de lui insuffler plus de vie et de créativité encore. La limite à l’œuvre n’est jamais la même et, sans cadre, le travail d’un artiste prend la rue toute entière pour exister, qu’il s’agisse d’un mur, d’une façade ou d’un trottoir.

tableau artiste

Une pratique sauvage mais désirée

Dans l’atmosphère visuelle saturée des villes, le street art doit se faire une place malgré lui, un espace que l’on refuse bien souvent de lui accorder. La rue – ou l’environnement urbain de manière plus générale – est la matière première d’une œuvre, à la fois toile de fond et partie intégrante. Si la transgression est dans l’essence même d’un tel mouvement, la pratique s’est suffisamment démocratisée pour que les artistes obtiennent des autorisations de la part des villes, voire soient directement sollicités pour donner vie à la rue.

Si certains refusent ces travaux de commande, d’autres les acceptent par soucis de visibilité ou de praticité, tous les artistes ne travaillant pas à base de bombe aérosol ou de peinture mais avec du matériel plus bruyant ou repérable. Qu’importe cependant que ce mouvement soit ou non autorisé, la rue appartient aux artistes qui s’en sont emparés avec ardeur et mettent à l’épreuve la liberté fondamentale de l’expression.

Street art et street view

Une œuvre de street art voyage rarement et pour cause : son support est l’immobilité par excellence. Parfois même, le travail d’un artiste est éphémère, soumis aux mouvements de la ville, aux activités de ses agents, et n’existe que le temps d’une photographie. Difficile pour observer une œuvre de street art de faire le tour du monde, d’aller jusqu’à la rue qui l’a vu naître et la porte encore.

L’explosion de la popularité de cet art est à attribué à internet, aux réseaux sociaux plus précisément. Une image, même furtive, se partage des milliers de fois, se copie et se montre à l’infini, pour qu’un petit bout de mur fasse le tour du monde de nos téléphones, finalement petits cadres de poche. Cette renommée apporte à des rues et des quartiers entiers des visiteurs venus de partout à travers le monde pour contempler et naviguer dans ces musées de plein air, ouverts sur le ciel.

Le street art est un bien commun dont la surprise et la subversion sont toujours à même de créer sens et poésie. Banksy lui-même, le plus connu des artistes de street art, n’a-t-il pas fait sortir du cadre sa célèbre « Girl with a red balloon », comme pour la rendre à la rue et au monde ? La place de l’art urbain ne semble pas être dans les galeries ou les musées mais sur les murs de nos villes et de nos réseaux. Une œuvre de street art se reconnaît au premier coup d’œil, il s’agit de savoir si le ciel est au-dessus de vous, si vous regardez un cadre ou ce qu’il y a autour.